Martha et Akiko ou l’éternelle jeunesse

En juillet, au Festival

Le mercredi 19 juillet, en ouverture de la deuxième partie du Festival, plus de quatre-cents mélomanes chanceux se sont pressés à Nohant pour assister à l’un des points d’orgue de l’édition 2017 : le récital à deux pianos donné par Martha Argerich et Akiko Ebi dans la Bergerie-auditorium du Domaine de George Sand à Nohant.
A la tête de deux magnifiques pianos de concert Bechstein apportés à Nohant par le facteur de pianos Berlinois à Nohant pour l’événement, les deux artistes ont interprété un programme composé pour le seul plaisir du public. Pour ouvrir le bal, après le si charmant Rondo en la majeur de Schubert, la géniale Sonate en ré majeur pour deux pianos de Mozart et son romantique andante ; poésie ensuite avec La petite suite pour piano à quatre mains de Debussy puis la tragique Valse de Ravel, le « tourbillon fantastique et fatal » du compositeur, merveilleusement interprétée ; et pour terminer avec humour, Les Variations sur un thème de Paganini de Lutoslawski.
Martha et Akiko ont donné ce soir-là un récital débordant de talent et de complicité. Après trois « bis », l’amour a littéralement enflammé la Bergerie-auditorium quand les deux filles de la musique, la rebelle et sa zélée complice, ont modestement salué le public en se tenant par la main, lui offrant au passage la recette de l’éternelle jeunesse : la perfection, encore, la passion, toujours.
A l’issue du concert, alors qu’elles traversaient la cour de Nohant, c’est un public sous le charme qui applaudissait à leur passage avec le respect que l’on doit aux reines, aux vraies, celles que l’on aime.

Comments

  1. Reply

    Nohant nous a fait un beau cadeau, avec l’émouvante présence des ses deux grandes dames. L’une que je connais et que je suis depuis longtemps. Et l’autre que j’ai découvert avec plaisir. Un vrai ravissement !
    Leur fulgurant Ravel et leur aéréant Debussy ont transmis une énergie et une délicatesse à couper le souffle.
    Gracias Martha!
    et merci Akiko! Et à tous, encore merci.

Laissez nous un commentaire

Laisser un commentaire