jean-yves-clement

Editorial de Jean-Yves Clément, conseiller musical et littéraire

Editorial de Jean-Yves Clément, conseiller musical et littéraire

Chopin et la France romantique

La France romantique de Chopin, c’est la sienne, celle de son exil et de son port d’attache, Paris, où il débarque fin 1831, après une année d’errance douloureuse depuis son départ de Varsovie. Il y passera la seconde moitié de sa vie, pour y mourir. C’est là qu’il rencontrera Liszt, Berlioz, Delacroix, Vigny… les acteurs de cette république des génies de l’époque sans équivalent dans l’histoire de l’art. A Paris, Chopin deviendra un professeur ainsi qu’un pianiste recherché ; mais à partir de 1839 et son retour de Majorque, c’est presque seulement à Nohant, chez George Sand, qu’il composera ; naîtront sous ses doigts une cinquantaine de pages qui sont autant de chefs-d’œuvre.

À travers les venues de très grands noms, dont Evgeny Kissin, Gautier Capuçon, Nicholas Angelich, Nelson Goerner ainsi que les artistes sélectionnés dans le cadre de notre nouvelle Académie des Jeunes Talents du Festival, nous évoquerons, en mots et en notes, cette présence de Chopin dans la France artistique de son temps – ainsi que celles de son amie Pauline Viardot et de Camille Saint-Saëns dont on célèbre en 2021 les bicentenaires de la naissance et de la mort.
Cette France et ses Français dont Chopin restera proche et qu’il aura appris à aimer, dira-t-il, « comme les siens ».

Pas de commentaire

Laisser un commentaire