Remise du 23e Prix Pelléas – Radio Classique au Café Les Deux Magots

Le lundi 15 avril, au Café Les Deux Magots, a eu lieu la remise de la 23e édition du Prix Pelléas – Radio Classique. Créé par Jean-Yves Clément dans le cadre du Nohant Festival Chopin, ce prix récompense chaque année l’ouvrage sur la musique aux plus belles qualités littéraires.

En maître de cérémonie, Alain Duault, président du Jury, a souligné le grand nombre d’excellents ouvrages reçus cette année. En conséquence de quoi, il n’a pas annoncé un lauréat mais deux, arrivés ex aequo, dont un ouvrage à quatre mains, soit finalement trois lauréats. En effet, bien que d’un style très différent, deux ouvrages ont été impossibles à départager par le jury. Il s’agit de :

Trois concerts de Lola Gruber (Éditions Phébus), un roman d’apprentissage dans le monde de la musique classique dont « on tourne les pages avec avidité, séduits par la finesse de l’analyse psychologique, autant que par un suspense diaboliquement généreux ».

Anagrammes à quatre mains de Jacques Perry-Salkow et Karol Beffa, (Éditions Actes Sud), une partition secrète, faite de mots et de lettres mélangées, mais aussi une « vagabonderie » sur les œuvres et leurs compositeurs. Sur leur chemin, les auteurs rencontrent Sand et Chopin, et citent cette phrase de Delacroix à propos de Nohant : « Par instants, il vous arrive, par la fenêtre entrouverte sur le jardin , des bouffées de la musique de Chopin qui travaille de son côté ; cela se mêle au chant des rossignols et à l’odeur des rosiers ». Le public du Festival qui assiste aux impromptus dans le parc de la Maison de George Sand s’y retrouvera…

A l’occasion de cette remise de prix, Yves Henry, président du Nohant Festival Chopin, a présenté les temps forts de la programmation 2019 qui réunira, selon la tradition du Festival, des artistes de renommée internationale et des jeunes talents.

Outre le sourire des lauréats et le plaisir des invités de se rencontrer lors de ce rendez-vous rituel qui réunit chaque année les mondes de la musique et de la littérature, nous retiendrons de cette soirée le soutien fidèle et amical de Catherine Mathivat, Présidente du café Les Deux Magots qui accueille cette remise de prix.

Et aussi la tristesse qui s’est emparée de chacun à l’annonce du sinistre improbable qui se produisait à Notre-Dame, un sinistre qui touche au cœur le monde de la culture tant chacun sait que ces lieux qu’ils soient profanes ou religieux, sont porteurs d’humanité, de sens, d’art et de beauté.